Où fait-il bon de vivre en 2018 ?

Quelles sont les villes aux cadres de vie les plus agréables ? Pour la neuvième année consécutive, le cabinet Mercer a placé Vienne (Autriche) au premier rang de son classement annuel. En tout, 231 villes qui ont été comparées sur une base de 39 critères pour identifier la qualité de vie dans chacune d’entre elles.

Faits marquants de cette édition : la montée dans le classement de villes de l’ancien bloc soviétique, la part belle des villes européennes sur le podium, et des villes françaises qui se font discrètes... 

Mais le bonheur, c’est quoi ?

Le cabinet Mercer s’est spécialisé dans le conseil aux entreprises multinationales pour l’expatriation de leurs employés. Le classement Mercer des Qualités de Vie traite ainsi les données de la vie quotidienne comme les conditions météorologiques, du système de santé et d’éducation, le taux de criminalité, la gestion des déchets, les transports en commun ou encore l’environnement socio-culturel. Autant d’éléments qui font d’une ville un lieu accueillant et attractif auprès des travailleurs en quête de mobilité.

Des résultats stables au fil des ans

Pour la neuvième année consécutive, c’est Vienne qui décroche la première place du classement. Les habitants et expatriés y apprécient avant tout le sentiment de sécurité qu’elle procure, l’efficacité des transports et la diversité des structures culturelles et récréatives… Mais les autres villes européennes ne sont pas en reste malgré les tensions économiques causées par le Brexit. Le cabinet souligne ainsi que ces villes « offrent toujours l'une des meilleures qualités de vie au monde et demeurent des destinations de premier choix pour les expatriés en mission ».

De l’autre côté de l’Atlantique, la ville de Vancouver se hisse à la 5e place du classement, mais la première ville des Etats-Unis arrive loin dans le classement en 30e position (San Francisco) tandis que l’Amérique latine apparaît dans le classement à la 77e place avec Montevideo.

Le bas du classement est lui aussi stable cette année avec des villes dont les scores restent affectés par l’instabilité politique (Bagdad, Afghanistan), la pauvreté (Bangui, République Centrafrique) et les conséquences de conditions climatiques extrêmes (Sanaa, Yemen). Un contexte difficile qui ne permet pas d’attirer les travailleurs étrangers, notamment la jeune génération d’expatriés.

En France, c’est quand le bonheur ?

Si les villes européennes se portent bien dans le classement, ce n’est pas tout à fait le cas des villes françaises, puisque seules deux d’entre elles figurent dans la liste. Comme l’an passé, il s’agit de Paris et de Lyon, qui perdent chacune une place pour terminer en 39e et 40e position. Les Français ne sont pas pour autant malheureux ! Le cabinet souligne la qualité de leurs performances en matière d’infrastructures, de transports et d’accès aux loisirs. En revanche, le score de salubrité de la capitale française (67e position) pointe un axe d’amélioration pour les années à venir.

Qui a dit que seules les grandes villes offraient un bon cadre de vie et de travail ? Le classement de L’Express, plus national, publie chaque année son palmarès des villes françaises les plus agréables. En 2018, Nantes a été désignée ville la plus dynamique en termes d’emploi, tandis que Rennes figure en tête de classement des villes où il fait bon vivre. Il semblerait donc que la côte Ouest n’ait pas dit son dernier mot !

Crédit image illustration : Getty Image.