L’Observatoire open data des territoires dévoile ses premiers résultats

Quelques mois après l’annonce de sa création, l’Observatoire open data des territoires publie ses premiers enseignements consolidés. Après avoir créé une première cartographie présentant les collectivités engagées dans une démarche d’ouverture des données, l’association a présenté le 21 mars 2018 à Paris le lancement de l’Observatoire open data des territoires. Avec ce nouvel outil, OpenData France compte bien contribuer à la transparence de l’action publique et nourrir l‘écosystème via des données qualitatives et quantitatives.

Une plateforme utile pour toutes les collectivités territoriales de plus de 3500 habitants,  engagées dans un processus d’ouverture de leurs données suite à la publication de la loi pour une République numérique.

En mars 2018, seules 5% des collectivités territoriales ont ouvert leurs données

Au travers de nombreux indicateurs clés et de données consolidées, l’Observatoire éclaire sur l’ampleur du projet de l’open data en France, sur les dynamiques d’ouverture des données initiées, les plateformes utilisées ou encore les données les plus partagées.

En décembre 2017, 21 755 jeux de données étaient disponibles. Les données les plus partagées par les collectivités concernent les transports, les infrastructures, le budget, ou encore la citoyenneté et la vie démocratique.

Cependant en mars 2018, seules 5% des collectivités territoriales avaient ouvert leurs données, un nombre en progression de 81% entre début 2017 et début 2018 (passant ainsi de 142 à 257). Ce chiffre reste bien en-deçà de l’objectif de la Loi pour une République numérique qui prévoit que l’ensemble des collectivités  de plus de 3500 habitants devront avoir ouvert leurs données en octobre 2018 ; quelques 4 411 collectivités territoriales devront ainsi accélérer leurs démarches.

Les régions en tête dans le déploiement de l’open data

Une carte de préfiguration produite par OpenData France permet de visualiser l’ampleur de l’open data territoriale. Sans surprise, les plus grandes collectivités sont les plus actives dans ce processus : 67% des 18 régions ont déjà ouvert une partie de leurs données quand seulement 150 communes ont engagé la démarche.

A date, les régions les plus engagées dans l’open data sont la Bretagne (avec 50 projets), l’Occitanie (avec 46 projets) et l’Île de France (avec 30 projets). On retrouve en bas de classement les régions hors métropole : la Guyane avec un projet, la Polynésie française avec 2 projets et la Corse avec 3 projets. Les collectivités territoriales ayant ouvert leurs données ont majoritairement initié la démarche sur des portails mutualisés (48%, dont 36% sur data.gouv.fr) ou dédiés (46%).

Demain : l’importance de l’interopérabilité et de la normalisation pour passer à la vitesse supérieure

L’interopérabilité et la normalisation des données au niveau national sera l’enjeu de demain pour les collectivités et les acteurs voulant se saisir de ces données à une échelle plus macro.

Quelques interrogations persistent après cette première publication. L’Observatoire ne précise pas dans quelle mesure les collectivités engagées ont ouvert leurs données non sensibles par rapport à la masse de données existantes. Il ne présente pas non plus les usages effectifs de ces données, mais une version enrichie et consolidée de l’Observatoire comprenant ces indicateurs et analyses sera disponible en octobre 2018. D’ici là le chemin vers l’open data devra s’accélérer pour les 4 411 collectivités territoriales à la traîne.