Quand les poules arrivent en ville

Les oiseaux font du bien à la santé des citadins, et il semblerait que les poules aient aussi leur rôle à jouer dans les villes. Depuis janvier 2018, Cocott’arium invite les gallinacés hors des campagnes pour expérimenter un premier poulailler urbain à Neuville-sur-Oise (Val d’Oise). Le modèle original de l’entreprise prend la forme d’une tour de 3 étages, capable d’accueillir confortablement une dizaine de poules. Le but : diminuer la production des déchets organiques en ville tout en sensibilisant à la question du tri sélectif.

Des poules réformées et engagées

Prénommées les Monique, les premières habitantes du Cocott’arium sont des poules réformées et sauvées des abattoirs. Avec une consommation par Monique de 150kg de déchets organiques par an, le Cocott’arium devrait permettre de recycler jusqu’à 1.5 tonne de déchets sur l’année. L’ambition de l’entreprise est ainsi de lutter contre le gaspillage alimentaire avec une solution aussi simple que naturelle.

Mais le Cocott’arium s’inscrit également dans une démarche sociale et solidaire. Toute la logistique du poulailler est réalisée par un personnel prioritaire à l’emploi, recruté au niveau local. Ils sont en charge du tri des déchets déposés dans des points de collecte, de l’entretien du poulailler et de l’animation pour les groupes scolaires.
 

Le modèle du Cocott’arium fait intervenir les citadins dans le processus de dépôt des déchets organiques, le tri et la distribution aux poules étant gérés par le personnel de Cocott’arium.
Crédit : extrait de la vidéo de Cocott’
arium

L’aventure des Monique commence tout juste et semble déjà promis à un bel avenir. En juin 2018, l’agence Paris&Co a annoncé l’arrivée de Cocott’arium dans la seconde promotion de la plateforme d’innovation « Economie Circulaire ». Elle bénéficiera, au même titre que les 17 autres startups du programme, d’un accompagnement et d’ateliers pour développer leur modèle. Il ne reste plus qu’à attendre l’envol de ces poules urbaines dans d’autres villes françaises !

Crédit illustration : Page Facebook de Cocott'arium