Des solutions éco-sportives à la rescousse des déchets

Et si le sport n’était pas que bon pour la santé, mais aussi pour la planète ? Alors que des initiatives comme le trashtag voient le jour pour sensibiliser les passants au ramassage des déchets trouvés, une autre vision voudrait allier le sport à cette pratique écologique.

Le plogging, contraction de « plocka up » signifiant ramasser en suédois, et jogging, est une discipline qui allie la course à pied au ramassage des déchets. Ce nouveau type de course à pied est né en Suède en 2016, dans le contexte d’une préoccupation grandissante des riverains quant à la gestion des déchets et leur présence dans l’espace public. 

Parallèlement, Trail Runner Foundation a engagé une démarche similaire en France dès 2014 avec son concept de course utile. Cette association propose des courses sur route, des marches nordiques et des randonnées en milieu naturel pour ramasser les déchets et sensibiliser le plus grand nombre à la protection de la nature. Trail Runner Foundation compte aujourd’hui 630 adhérents et des dizaines de courses organisées. 

Également en France, la Run Eco Team organise des événements de plogging directement sur leur page Facebook, avec une petite singularité : tous les coureurs sont invités à télécharger l’application qui comptabilise le nombre de déchets ramassés, en plus des kilomètres parcourus pour un indice de performance inédit, le kilowaster.

Une discipline sportive qui présente le double avantage de varier les mouvements du corps (flexions, accroupissements, travail des bras …), en plus de débarrasser le territoire de ses déchets. Si le dégoût entrainé par la manipulation des détritus peut être un frein à la pratique de cette activité, la vision éco-sportive, à l’inverse, laisse place à un sentiment de fierté. Les participants relaient leurs exploits sur leurs réseaux sociaux, comme c’est le cas avec le trashtag challenge ou les autres communautés de running.

La course aux déchets se poursuit même en mer ! Le jeudi 30 mai avait lieu le Grand Défi, la première compétition de ramassage de déchets à Marseille, où 20 équipes composées de deux kayakistes et d’un nageur se sont donné rendez-vous sur la plage des Catalans pour sortir un maximum de déchets des eaux. Au total, près de 1,2 tonne de déchets ont été récupérés en 6 heures, sur les huit kilomètres du parcours.

3 prix ont été décernés à la suite de cette course, qui s’est terminée en grand ramassage de déchets sur la plage de l’Escale Borély : le prix du plus grand nombre de déchets collectés, celui du déchet le plus insolite et enfin celui du « Grand Saphir », un saphir en plastique recyclé à trouver le long du parcours.

Si cette première compétition de ramassage des déchets s’est déroulée en kayak, pourquoi ne pas imaginer un tel concept autour des courses maritimes ? Le Manta, un navire conçu par l'association The SeaCleaners  pour nettoyer les océans des déchets, pourrait offrir la première piste prospective d’une telle course.

Ce bateau, encore au stade de prototype, avalera les tonnes de détritus qu’il trouvera sur son chemin à l’aide d’un tapis roulant, tout en les triant et en les compactant une fois à bord. Avec des embarcations similaires mais plus légères dans le futur, tout un imaginaire éco-sportif pourrait se dessiner et laisser place à un véritable Vendée Globe écologique.

Ancré dans les habitudes de 58% des Français, le sport est un relai idéal pour débarrasser notre territoire des déchets. La démocratisation des activités comme le jogging au sein des espaces urbains associée à la prise de conscience écologique donne naissance à une nouvelle forme de discipline éco-sportive qui ne perd pas pour autant son rôle fédérateur.

Enfin, des événements comme le grand Défi de Marseille nous montrent bien que les possibilités pour faire rimer activité sportive et propreté ne manquent pas. Aujourd’hui en kayak, demain à bord de bateaux futuristes ?

Crédit photo de couverture : VideoProd64