La ville et son long fleuve (trop) tranquille

Et si Le cri d’Edvard Munch était en fait inspiré de son horreur face au manque d’entretien des rives de sa ville, Ekeberg ? Car si certains cours d’eau urbains sont entretenus de manière ponctuelle pour les nageurs estivaux, les berges passent parfois à la trappe du planning urbain. Heureusement, des politiques publiques et des citoyens du monde entier concentrent leurs efforts sur ces lieux pleins de potentiels pour les revaloriser.

Des politiques publiques au fil de l’eau

La rive urbaine compose une des franges de la ville : elle peut représenter un véritable centre d’activités et de sociabilités, comme c’est le cas des rives de la Seine à Paris ou des Docks de Londres, à la fois centre financier et zone résidentielle. Les projets à l’origine du réaménagement des berges peuvent ainsi venir directement des pouvoirs publics, dans un but de redynamisation des quartiers d’une ville, à l’image du renouveau des rives moscovites.
 
Pour combler le manque d’attraction des quartiers isolés de la rive Krymskaya, au sud de la capitale russe, le cabinet Wowhaus a eu l’idée de remplacer la quatre-voie par un parc piéton paysagé reliant la Central House of Artists à la rivière Moskova. Le parc Muzeon a ainsi trouvé un second souffle le long de la rivière, proposant des pavillons d’exposition et des chemins adaptés tant aux piétons qu’aux cyclistes… et même aux skieurs !

Les politiques publiques s’intéressent au potentiel des rivages dans le cas d’une redynamisation locale, mais également dans le cadre de politiques plus larges. C’est le cas de la ville de Rouen, dont le réaménagement des quais fait partie intégrante d’un plan plus vaste de revitalisation de la Rive Gauche. Au-delà de l’intérêt esthétique et récréatif qu’apporte la nouvelle promenade fluviale et son parc sur la Presqu’ile, cet espace s’inscrit dans la lignée d’actions prises pour redynamiser la rive gauche, dont la construction de l’écoquartier Flaubert et le projet de Saint-Sever Nouvelle Gare, qui supportera le projet de la Ligne nouvelle Paris-Normandie pour 2030.

De nouvelles berges agréables... Et résilientes !

Avant d’être un axe de transport, le cours d’eau est un espace naturel et potentiellement imprévisible. Avec des systèmes innovants et durables, la ville peut se prémunir d’éventuelles catastrophes.

En renaturalisant cet espace, l’objectif est de protéger de manière organique la ville des inondations en aménageant les berges comme des « zones tampon » entre l’eau et les zones d’habitation sensibles de la ville. L’absorption naturelle des eaux est rendue possible par des parcs et chemins surélevés, comme à Boston le long de la côte atlantique. Lors de la montée des eaux, ces espaces récréatifs font office de barrages naturels pour protéger les habitations et commerces attenants.    

Les cours d’eau urbains représentent un formidable outil de résilience, mais également un outil de contribution à la qualité de vie. En France, l’Eurométropole de Strasbourg a par exemple mis en place un programme entre 2010 et 2015 pour restaurer les cours d’eau en amont de la ville.  Le but : redonner aux cours d’eau leur forme naturelle (méandres, berges en pente douce, flore) afin de réguler le débit, mais également de favoriser la biodiversité de ces espaces.
 
En réhabilitant la rivière Cheonggyecheon, longtemps enfouie sous une autoroute urbaine, la ville de Séoul a trouvé une solution pour réduire les effets d’ilots de chaleur urbains tout en réinsérant un vaste espace naturel au cœur de ses rues. L’initiative contribue ainsi à une meilleure qualité de vie en ville, ainsi qu’à l’intégration de nouveaux espaces publics.

L’eau en ville, terrain de l’action citoyenne

S’il y a de l’eau, il y a de la vie ! Pourquoi l’adage serait-il vrai sur Mars mais pas en ville ? Les  nombreux projets de restauration des sites proches des berges sont souvent le résultat de la mobilisation de toute une communauté dont le quotidien est impacté par la proximité de ces cours d’eau, et qui trouve dans ces démarches un moyen puissant de réappropriation de leur territoire.
 
Le fleuve Pasig est intrinsèquement lié au développement de la ville de Manille (Philippines), mais l’urbanisation galopante de ces dernières décennies a entamé l’état du cours d’eau, réduit à l’état de mort biologique. Malgré une vaste opération de nettoyage en 2010, la rivière souffre toujours d’une terrible réputation et ses berges constituent un vaste no man’s land. Le gouvernement comme le milieu associatif se sont mobilisés pour restaurer cet axe de la ville, au travers d’une campagne de sensibilisation de grande ampleur pour éduquer les habitants sur les enjeux de santé liés à la propreté du fleuve. En parallèle, une association locale coordonne la création de peintures murales sur les stations de pompage pour changer l’image de la rivière et faciliter l’inclusion des riverains au projet.

Mobiliser des communautés sur terre... Mais pas que. L’espace fluvial en ville permet une proximité avec la nature, mais peut également constituer une barrière d’inégalités pour les citoyens. L’accès est bien souvent payant et n’est permis qu’à une partie des habitants urbains. Forts de ce constat, de jeunes entrepreneurs berlinois ont créé leur bateau communautaire sur la Spree. A la fois manifeste écologique et revendication citoyenne, la Panther Ray, une embarcation faite de bois et de matériaux recyclés, sillonne la rivière et offre une plateforme d’actions citoyennes. L’idée derrière cette démarche est de reprendre le pouvoir sur un espace devenu inaccessible au grand public (pour en savoir plus, la fondatrice Julia Propp en parle dans son TED talk ici).
 
En France, les réglementations de circulation sur l’eau ne permettent pas de réaliser des initiatives similaires à celle de la Panther Ray, mais de nouvelles démarches se mettent en place comme les grands débats citoyens du programme « 30 engagements pour la Loire », qui invitent les habitants à s’exprimer et à s’engager avec la Métropole dans le projet ambitieux de revalorisation de la Loire. Par ces initiatives, les fleuves retrouvent peu à peu leur place et leur importance au cœur de la ville.