Le Baromètre des villes cyclables : le vélo, entre attirance et manque d’infrastructures

En novembre, la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) a donné la parole aux Français au travers de son enquête « Baromètre des villes cyclables : Parlons-en ». Avec une réponse aussi massive qu’inattendue, elle permet aujourd’hui de mieux comprendre la pratique du vélo en France… et de formuler des solutions afin de démocratiser ce mode de transport.

La sécurité, pour le cycliste et son vélo

316 communes évaluées, 113 000 répondants auprès des 250 associations locales de la FUB : l’enquête « Parlons Vélo » a permis de recueillir le ressenti des usagers sur leur pratique du vélo, qu’ils soient des habitués quotidiens ou des sportifs du dimanche.

La plus grande préoccupation pointée par l’enquête est celle de la sécurité (un frein pour 41% des répondants) et du partage de la route avec les automobilistes. Pour la quasi-totalité des participants au Baromètre, les conditions ne sont d’ailleurs pas réunies pour permettre aux usagers plus vulnérables (personnes âgées, enfants) de circuler à vélo. Les résultats dressent finalement un tableau peu flatteur de la relation automobilistes-cyclistes, seuls 8% des répondants se sentant respectés par les véhicules motorisés lorsqu’ils sont à vélo.
 
Côté infrastructures, l’enquête relève un manque d’aménagements pour permettre aux usagers de se sentir en sécurité, ou tout simplement de se déplacer facilement. Car au-delà du manque de voies aménagées, le souci du vol et de la dégradation des vélos dans la rue est une vraie problématique pour les cyclistes, notamment à proximité des gares. La demande d’infrastructures concerne tout autant les routes que les trottoirs et les zones de stationnement.

Bientôt un changement de vitesse pour les vélos ?

Selon le président de l’association, l’enquête révèle avant tout que « les Français sont prêts à se mettre massivement au vélo ». Présentés comme « la plus large contribution citoyenne » lors des Assises de la mobilité en décembre 2017, les résultats de l’enquête ont permis à la FUB de réaffirmer le besoin d’infrastructures adaptées au vélo sur l’ensemble du territoire français.
 
Zones pilotes « 100% cyclable », apprentissage de la mobilité à vélo dès l’école primaire, plan de stationnement intermodal sécurisé… Les projets ne manquent pas pour repenser la mobilité et le partage de la route. Un véritable plan vélo est ainsi attendu par l’association dans la nouvelle loi mobilité à prévoir en 2018.

*Crédit image couverture : Département des Alpes-Maritimes