Quels sont les enjeux de la ville du futur ?

Multimodale, connectée, intelligente et intégrale, autant de termes pour définir les caractéristiques de la ville du futur, sur laquelle nous nous penchions dans notre dernier Grand Angle. Cette enquête permet d’actualiser les ressentis des acteurs de la ville vis-à-vis de la ville du futur, étant donné qu’ils sont les premiers à être confronté à la réalité du terrain.
Une récente enquête d’Infopro Digital réalisée pour La Gazette des communes, Le Moniteur, l’Usine Nouvelle et l’Usine Digitale vient mettre en lumière le ressenti des acteurs de la ville concernant la ville de demain. Pas moins de 600 décideurs (dans l’industrie, les collectivités ou le secteur du bâtiment) ont répondu à ce questionnaire en ligne, ce qui a permis de préciser les attentes et les réalités des projets qui concernent la ville du futur.

Des attentes prioritairement écologiques

Tandis que 55% des collectivités, 90% des entreprises du BTP et 73% des entreprises de l’industrie ayant répondu se sont déclarées engagées dans des projets de ville du futur, 85 % des entreprises considèrent que les collectivités ne sont pas suffisamment préparées pour mener ces mêmes projets et seulement 34% de collectivités jugent leur maturité à 7 sur 10 en termes de ville intelligente.
Si les disparités des visions se font sentir, les différents acteurs sont toutefois unanimes pour dire que les principaux bénéfices attendus par le développement des villes du futur est le déploiement d’une démarche écologique. Les acteurs sont en accord sur l’aspect primordial de cette démarche, une attente qui est en hausse de 5 points par rapport à 2018. Ainsi, 57 % des collectivités souhaitent s’engager dans des projets de ville du futur dans un objectif d’environnement durable, tandis que 33% des entreprises de construction et 26% des entreprises industrielles affirment avoir déjà mené des projets de ville du futur dans ce domaine.

L’enjeu de la data

La data est aussi un sujet sur lequel l’enquête interroge les collectivités et les entreprises. A la question « Pensez-vous que votre collectivité est bien équipée pour exploiter les données en open data ? », 41 % d’entre elles estiment qu’elles le sont. Cependant, elles sont toutes plus ou moins vulnérables par rapport à la sécurité des données dans leur imaginaire de ville du futur. 21% des acteurs de la construction se disent même très vulnérables sur le même sujet.
Bien que l’écologie et le développement durable soient bien pris en compte par les acteurs de la ville, la question de la data se pose tout autant. Elle soulève la question de l’optimisation des métiers de flux grâce au traitement des données. De ce fait, l’enjeu du traitement de la data collectée, difficilement faisable par les acteurs, est aussi un thème majeur pour le développement de la ville intelligente. La question de la propriété des données est également soulevée, dessinant de nouvelles relations entre le public et le privé autour du partage de la data.
Selon les entreprises spécialisées dans la construction (26%), une meilleure implication de la part des collectivités et des entreprises serait nécessaire pour faciliter le déploiement des projets de ville du futur, ainsi que le renforcement de la collaboration entre ces mêmes acteurs pour 24% d’entre elles. Pour les industriels, favoriser les actions en matière de transports serait la meilleure idée pour faciliter le déploiement de ces projets.
 
Finalement, l’enquête montre que la data est au cœur des enjeux de la ville du futur, si celle-ci se veut « intelligente ». Cet enjeu sera abordé grâce à de nouvelles formes de relations entre les acteurs publics et privés, mais aussi avec une montée en compétences sur la gestion et la vision stratégique autour des données pour les acteurs publics. Une vision partagée par les entreprises et les collectivités interrogées, qui se confirment cette année encore, pour identifier les sujets de partenariat et les progrès à faire en faveur de ces projets.