Où pouvons-nous vivre sans avoir besoin de climatiseur ?

Bonne nouvelle de cette fin d’été, nous allons enfin pouvoir nous débarrasser de la climatisation... avant de mettre en route le chauffage. Des auteurs du site anglais The Guardian Cities se sont demandés s’il était possible de vivre dans une ville sans climatisation ni chauffage. Spoiler alert : c’est possible, mais plus pour très longtemps.
 

Des villes qui soufflent le chaud et le froid

A partir des données de la National Oceanic & Atmospheric Administration, l’agence américaine responsable de l’étude de l’océan et de l’atmosphère, Nolan Grey et Antonio Voce ont publié une carte des villes mondiales selon leurs températures estivales et hivernales. Quatre types de villes ressortent de ce travail, caractérisées par leurs besoins (ou non) en climatisation et en chauffage pour le confort des habitants :

  • Les tempérées (indiquées en gris), des villes où l’on se passe tant de la climatisation en été que du chauffage en hiver. Elles sont peu nombreuses mais on en trouve sur chaque continent, à l’image de Sydney en Océanie ou Port Elizabeth en Afrique.
  • Les climatisées (indiquées en orange), des villes où les hivers restent doux mais où les moyennes de températures estivales grimpent. Résultats : pas besoin de chauffage, mais la climatisation est appréciée, comme à Mumbai (Inde) ou Abidjan (Côte d’Ivoire).
  • Les chauffées (indiquées en bleu) sont des villes qui à l’inverse bénéficient d’un été clément mais d’un hiver froid. Une grande partie des villes européennes sont dans ce cas, plus habituées à l’usage du chauffage qu’à celui de la climatisation.
  • Les extrêmes (indiquées en violet) sont finalement les villes qui n’offrent de répit à aucun moment de l’année. L’été, les moyennes grimpent au-dessus des 28 degrés, quand l’hiver enregistre des chiffres avoisinant le zéro. L’Amérique du Nord et le Moyen-Orient abritent la majorité de ces villes.

Vers une climatisation obligatoire

Il est donc encore possible de se réfugier dans des villes où la climatisation n’est pas nécessaire. Ces oasis climatiques risquent pourtant de disparaître au fil des années. En croisant cette cartographie avec les données du Climate Impact Lab, les auteurs montrent que d’ici 40 ans, le réchauffement climatique aura eu raison de ces villes.

Alors la climatisation, une fatalité dans les villes ? Pour les réalisateurs de l’étude, des efforts sont à faire à échelle mondiale pour ralentir le phénomène, par exemple en rafraîchissant les villes. Cette mobilisation est d’autant plus importante pour éviter l’expansion de la climatisation, elle-même à l’origine d’émission de gaz à effet de serre, et donc du réchauffement climatique.
 
Climatisation, chauffage ou les deux ? La carte interactive est à découvrir sur le site de The Guardian Cities.

Crédit illustration : La Paz, Harriett Seckinger/Pinterest