Angers va expérimenter l’indemnité kilométrique vélo

Pédaler pour se rendre au travail, c’est bon pour la santé, la planète… Et aussi pour le porte-monnaie !
 
Ce sera bientôt le cas pour les agents de la ville d’Angers, qui expérimenteront à partir de cet été l’indemnité kilométrique vélo. La loi de transition énergétique a instauré dès 2015 la prise en charge par l’employeur de tout ou partie des frais de transport des salariés effectuant leur trajet domicile-travail à vélo. Malgré la dimension incitative de la mesure, son caractère facultatif a nettement limité son impact : en trois ans, seules 85 entreprises, dont 3 de plus de 10 000 salariés, ont adopté le dispositif, soit 3% des salariés français. Un chiffre bien éloigné des 25% au Danemark et 36% aux Pays-Bas, où la petite reine règne dans les rues.
 
Mais ce premier flop n’a pas tiédi les ambitions des élus angevins, qui voient dans la mesure un réel impact positif sur la santé : la généralisation du dispositif permettrait une réduction des coûts de santé d’environ « 126 euros par an et par personne » selon Mathieu Orphelin, député LREM de Maine-et-Loire et auteur d’un plaidoyer pour la généralisation de l’IKV dans les grandes villes et entreprises.

Une initiative qui fait des petits

Première ville de plus de 100 000 habitants à proposer ce dispositif, Angers indemnisera ses agents de la mairie, du CCAS et de la métropole à hauteur de 25 centimes par kilomètre, avec un plafond de 150€ par an et par personne. Une annonce qui a eu l’effet d’un coup d’accélérateur pour les élus de Nantes, qui mettront en place l’indemnité pour la rentrée 2018. Pas moins de 1000 agents seront concernés par le dispositif, qui sera plafonné à 200€ par an et par personne. De quoi donner envie de pédaler !
 
Crédits image de couverture : Thierry Creux