L'expérimentation au cœur des villes décroissantes

Symboles de la désindustrialisation, les villes en déclin connaissent un marasme économique et démographique qui touche particulièrement les villes moyennes. Celles-ci, qui sont pourtant les favorites d’une partie des Français comme nous l’apprenait le Baromètre des territoires, sont un lieu privilégié d’expérimentations visant à redynamiser leurs paysages urbains oubliés. 

Des villes en perte de dynamisme

Le manque de croissance en milieu urbain peut avoir plusieurs origines comme la désindustrialisation (comme ce fut le cas à Detroit, à Saint-Etienne, etc.) ou le post-communisme dans les pays de l’Est (Bucarest, Brno…). Pourtant, chacune de ces villes présente les mêmes symptômes : baisse démographique, affaiblissement économique et une détérioration du paysage urbain.

Des symptômes qui constituent un cercle vicieux puisqu’un départ massif des riverains entraîne forcément une baisse de l’activité commerciale et réciproquement. En résultent une baisse des aides et des services des collectivités, mais aussi la vacance ou le dépérissement de nombreux espaces en ville, altérant leur image et leur attractivité.

Mais aussi des laboratoires d’expérimentations

Des actions comme celles menées par Coop Roch et l’EPASE (Etablissement Public d’Aménagement de Saint-Etienne) revitalisent les centres urbains en laissant libre cours à l’imagination des riverains. Dans le quartier stéphanois de Saint-Roch, considéré comme un secteur d’intervention prioritaire, les opérations menées varient de l’aménagement temporaire de la chaussée, avec l’installation d’espaces à végétaliser ou d’espaces ludiques, à la redynamisation des rez-de-chaussée commerciaux.

En Allemagne, l’initiative « Wächterhäuser » (littéralement « maisons gardées ») redonne une seconde vie aux habitations délaissées (environ 45 000) de Leipzig , en proposant aux locataires de restaurer les habitations contre un loyer d’1 euro symbolique. Ces nouveaux gardiens sont chargés de rendre les lieux habitables mais aussi agréables à vivre pour en faire un emplacement résidentiel, culturel voire commercial.

Le déclin démographique et économique qui concerne les villes décroissantes constitue un défi de taille pour les collectivités. Si le plan Action Cœur de ville pourrait apporter une partie des solutions à mettre en place en France, de belles initiatives voient le jour pour exploiter les espaces vacants et ainsi revitaliser ces centres urbains. D’autres types d’actions peuvent toutefois être envisagées via l’agriculture urbaine, comme ici avec un potager participatif installé à Détroit.