Quel futur pour les parcs nationaux américains ?

Les Etats-Unis, la nation des grands espaces naturels et sauvages. Mais cette image sera-t-elle toujours vraie dans quelques décennies ?

La question se pose d’autant plus dans un contexte politique et climatique instable. La disparition potentielle des parcs nationaux pourrait avoir de lourdes conséquences pour les Américains, très attachés à ces espaces. Selon un sondage de 2016, ils seraient ainsi 77% à visiter régulièrement leurs parcs nationaux. Pour sensibiliser aux conséquences néfastes du changement climatique, l’artiste Hanna Rothstein a retravaillé les posters iconiques des grands parcs pour en montrer l’avenir si rien ne change.

Des paysages iconiques à la sauce dystopique  

Augmentation des prix d’entrée des parcs, perspectives de forage pétrolier, incendies dévastateurs sur la côte pacifique… Ces événements ont marqué le paysage médiatique au cours des derniers mois, alimentant les inquiétudes sur l’avenir des parcs américains. Selon l’Agence océanique et atmosphérique, 2017 a été l’année la plus coûteuse de l’histoire du pays en termes de catastrophes naturelles. Incendies, inondations et tempêtes auront généré au moins 306 milliards de dollars de pertes.

Dans son projet National Parks 2050, l’artiste américaine Hannah Rothstein s’attaque à 7 posters historiques et constitutifs de l’imaginaire collectif américain. Réalisées entre 1938 et 1941, les posters originaux avaient été réalisés par la WPA, l’une des agences fédérales de l’administration Roosevelt. Devenus iconiques, ces posters servaient au départ à promouvoir le tourisme interne et les grands parcs tout juste aménagés.

En imaginant l’avenir des parcs à travers une iconographie bien connue des habitants de son pays, l’artiste démontre le plus fidèlement possible les conséquences du changement climatique, spécifiques à chaque région américaine.

L’imaginaire au service de la sensibilisation

Pour Hannah Rothstein, sa démarche est une manière d’encourager la discussion et la prise de conscience : « ces posters représentent dans la mémoire collective une période particulièrement faste des Etats-Unis, et je voulais m’emparer de ce symbole de grandeur pour imaginer les possibles conséquences de la situation actuelle. »

Une partie des bénéfices récoltés par l’artiste est reversée au Conseil de Défense des Ressources Naturelles et à l’Association de Conservation des Parcs Nationaux. Pour voir l’ensemble de son travail, rendez-vous sur son site.

Crédit image illustration : Hannah Rothstein