Le graff se conjugue aussi au féminin

On les croise régulièrement au détour d’une rue, de Paris à New York en passant par New Delhi… Mais qui se cache derrière les graffitis de nos rues ? Création artistique ou vandalisme, le terme de « graff » désigne toutes les compositions peintes à même les murs. Elément de la grande famille du street art, ces œuvres peuvent être en partie calligraphiées ou intégralement dessinées, tracées au pochoir ou à la main...

Et si cet art a trouvé la voie d’une certaine légalité par des collaborations avec des marques et les villes hôtes de ses œuvres, il reste encore en grande partie anonyme, l’œuvre effaçant souvent l’identité de l’artiste. Certaines femmes se revendiquent pourtant de plus en plus dans ce milieu principalement masculin pour porter haut et fort leurs messages et sensibilités artistiques. Petit tour d’horizon non-exhaustif de ces femmes qui déplacent les lignes du graff.​

Porter sa cause dans l’espace public

Elles exposent en galerie mais sont également présentes dans l’espace urbain, ces artistes font des murs leurs terrains de jeux pour explorer le street art tout en portant haut et fort leurs engagements dans diverses causes. Commençons ce tour d’horizon par des artistes originaires de France, exerçant leur art à travers les continents. 


Vinie

Originaire de Toulouse, Vinie est connue grâce à son travail sur les coiffures de ses personnages peints à même les murs. Il est possible de croiser l’artiste lors de démonstrations publiques ou encore dans l’une de ses installations et expositions en France et à l’étranger.


Miss Van

Deuxième toulousaine de cet article, Miss Van est quant à elle spécialisée dans les illustrations romantiques de femmes masquées. Avec une esthétique bien à elle, elle est aujourd’hui installée à Barcelone mais continue d’exercer dans le monde entier.


Kashink

Difficile de louper les œuvres de Kashink, caractérisées par des personnages aux yeux multiples ou encore dotés de moustaches, un accessoire que l’artiste arbore elle-même à chacune de ses apparitions. Basée à Paris, cette artiste porte sa voix dans la rue avec des œuvres engagées et des interventions bénévoles pour des associations comme Emmaüs. Elle sévit en particulier en Europe, de Londres à Paris en passant par Bristol et Berlin.


Miss.Tic

Connue dans les milieux de la mode et du cinéma pour ses diverses collaborations, Miss.Tic travaille à l’aide de pochoirs, d’humour et de provocation. Son travail est à apercevoir dans des galeries, dans l’espace public mais également sur des supports plus originaux, comme le Petit Larousse en 2010.


Stoul

Aujourd’hui identifiable pour ses œuvres très géométriques, Stoul a commencé ses graff avec des personnages aux visages de chats. On la retrouve tant sur les tours parisiennes qu’en festival pour des œuvres éphémères.


Des artistes d’ici et d’ailleurs

Mais le graff est une pratique qui dépasse les frontières, et les figures féminines de la profession sont à découvrir dans le monde entier. Nous en avons sélectionnées trois, issues de trois continents différents, illustrant la diversité de cette pratique à travers le monde.


Bambi

Une des figures féminines les plus connues du milieu, Bambi a été révélée par son portrait d’Amy Winehouse à dans le quartier de Camden. Si son identité reste inconnue, son style au pochoir est bien connu des Londoniens qui rapprochent ses graff de ceux de Banksy, à la fois provocateur et cynique. Pour elle, le street art se présente comme une solution de « commentaire social et d’interpellation des politiques ».


Faith47

Originaire de l’Afrique du Sud et résidente de Los Angeles, Faith47 évolue entre galeries d’art et espace public. Ses fresques monumentales sont notamment à observer à Cape Town, des œuvres réalisées dans un questionnement philosophique mais également dans un but philanthropique. « Harvest », réalisé en 2014, avait pour but de financer l’éclairage public d’une partie sensible de la ville : l’œuvre s’illuminait la nuit à chaque fois qu’une nouvelle ampoule était financée pour la communauté.


Lady Aiko

Artiste tokyote installée à New York, Lady Aiko collabore régulièrement avec des marques comme Kiehl’s, Reebok ou des personnalités comme Michelle Obama. Ses œuvres sont à retrouver en galeries ou dans les rues du monde entier.

 Pour poursuivre le sujet, on vous invite à découvrir le reportage d’Arte sur le street art, ainsi que les blogs de Miss Acacia et Pas Mal pour une fille, où de nombreuses artistes sont à découvrir !
 

Crédit illustration : "1200-900 BC", Faith47, Cape Town (2016, faith47.com)