L’herbe se cache sous les pavés

Végétalisation des mobiliers urbains, des pieds d’arbres ou de façades, installation de jardinières et jardins partagés… De nombreuses villes, en France comme à l’étranger, voient fleurir des espaces urbains habituellement bétonnés. Ce mouvement de végétalisation des villes trouve son origine avec les Incredible Edibles (ou Incroyables Comestibles), un projet initié en 2008 dans la ville de Todmordem en Angleterre. De cette petite expérience d’autosuffisance alimentaire, un mouvement international s’est créé. Aujourd’hui, on dénombre environ 80 villes françaises qui accordent des permis de végétalisation, et 475 au niveau mondial.

Le premier objectif de ces permis est de fleurir les villes tout en facilitant la réappropriation des espaces publics par les habitants; le second enjeu est de recréer du lien social entre les citadins. Exemplaire dans le domaine, la ville d’Albi s’est donnée pour objectif de devenir autosuffisante d’ici 2020. Les espaces verts communaux sont mis à disposition et des terrains de friche en périphérie du centre-ville sont loués 70€ par an et par hectare.

Comment végétaliser votre rue ?

Il vous faut tout d’abord demander un permis de végétaliser dans votre mairie. A Paris, comptez environ un mois de délai entre la demande et l’obtention du permis qui sera valable pour une période de trois ans renouvelables. Lors de votre demande, vous vous engagez à respecter une charte de végétalisation : vos plantations ne doivent pas obstruer le libre passage des usagers, les pesticides sont proscrits, les plantes cultivées doivent être légalement autorisées, et si vous faites pousser des fruits ou légumes vous ne pourrez pas les vendre, il faudra les partager.

Pour vous aider à vous lancer, les Villes offrent généralement un kit de végétalisation comprenant des graines, de la terre, ou même une invitation à participer chaque mois à des cours de jardinage.

A vos râteaux, c’est encore la saison des poireaux !