Le numérique, les pieds dans l’eau

Au cœur des Sables d’Olonne, le projet Numerimer compte bien accompagner les entreprises locales dans leur transition numérique en adoptant la « Sea, Net and Sun » attitude.

Port d’attache du mythique Vendée Globe, les Sables d’Olonne restent avant tout une station balnéaire prestigieuse et la 2e agglomération vendéenne grâce à ses 43 000 habitants, derrière La Roche-sur-Yon. L’agglomération mise sur ces atouts et sur la qualité de vie au travail pour attirer les entreprises et talents sur son territoire.  

« Développer le numérique à la mer » : c’est à partir de cette ambition que Numerimer a développé son centre qui abrite aujourd’hui une école du numérique, des bureaux et des espaces de co-working. Ces bureaux sont loués à des tarifs modérés et progressifs pour encourager les jeunes pousses du numériques à développer leur projet. Les espaces de co-working, eux, sont mis à disposition pour favoriser les partages d’expériences et participer à l’accélération de projets qu’il s’agisse de la création d’entreprise, d’études ou d’emplois…

Ce centre se situe au cœur du parc d’activité du même nom qui accueille d’ores et déjà des entreprises comme Ma gestion locative, ou l’agence de communication Z&Ko. Un lieu pour les professionnels mais aussi ceux en devenir puisque le centre héberge aussi l’ESAIP, une école d’ingénieurs en informatique et environnement.

De cet écosystème du numérique est née la dernière initiative en date, une association Numerimer créée en 2018, qui vise à sensibiliser les différents acteurs économiques du territoire à la transition numérique. Celle-ci veut développer son approche sur 3 grands thèmes : la ville de demain, le port du futur et le tourisme de demain.

C’est dans ce cadre que le campus organisait avec l’ESAIP une conférence intitulée « Smart City : comment faciliter les usages et l’interaction entre les citoyens et les collectivités » le 26 juin dernier, pour aborder le sujet des objets connectés et des utilisations de la donnée au service de la ville.

Une initiative qui devrait durer dans le temps et prospérer, étant donné l’essor du numérique qui a contribué à la création d’environ 700 000 emplois en 15 ans en France, et l’existence d’autres pôles du même genre comme à Roche-sur-Yon avec la Loco numérique ou encore à Nantes avec la Cantine.

Le numérique se révèle, encore une fois, comme un levier fort du marketing territorial et de la compétitivité économique des territoires, indépendamment de leur taille ou situation. Une initiative définitivement ancrée dans le territoire, à l’image de l’embarcation de Canal digital (dont nous vous parlions ici).