L’énergie en mouvements

Faire du vélo c’est bien, en produisant de l’électricité c’est mieux ! À Amsterdam, le S-Park, un projet dévoilé lors du Clean Energy Challenge, pourrait bien faire de cette utopie une réalité.

Quand le vélo éclaire les villes

Chaque jour, les cyclistes d’Amsterdam parcourent 2 millions de kilomètres à vélo, soit l’équivalent de 19,5 millions de watt-heure générés à coup de pédales, dans une capitale qui a ancré le vélo dans son ADN de ville. C’est à partir de ce constat impressionnant que Guillaume Roukhomovsky et Blaž Verhnjak ont créé S-Park, un système permettant de stocker l’énergie accumulée pour la transformer en électricité une fois arrivé à destination.

Pour ce faire, les deux designers, fans de vélo, ont mis au point une roue avant pouvant se greffer à un cadre standard de vélo, qui génère et stocke l’énergie cinétique au fur et à mesure de notre trajet. Un parking à vélo collecte ensuite l’énergie produite en se connectant directement à la roue avant pour alimenter les éclairages de la ville ou la consommation énergétique d’un quartier. Selon ses créateurs, une flotte de 30 de ces vélos parcourant 3,5 km pourrait produire 1kwH d’électricité par jour, suffisant pour éclairer un quartier !

Dévoilé dans le cadre du Clean Energy Challenge, un concours autour des méthodes novatrices pour produire de l’énergie, le S-Park séduit par sa faculté à rendre vertueux le mode de vie Amstellodamois. Un projet inédit qui est encore au stade de concept, mais qui paraît plus que pertinent pour des villes qui cherchent à mettre le vélo au centre de la mobilité urbaine.  
 

Un concept déclinable

Toujours dans l’optique de produire de l’électricité grâce à l’activité citadine, des projets comme  Pavegen (dont nous vous parlions ici) utilisent des dalles piézoélectriques pour faire de nos pas une source d’énergie. Le concept est poussé à son paroxysme avec Human Power Plant, une résidence étudiante de 22 étages, imaginée pour fonctionner seulement à partir de l’énergie produite par ses habitants. De la production de biogaz grâce aux déchets organiques, en passant par une salle de gym génératrice d’électricité, tout est pensé pour faire de ce projet un mode de vie et pas qu’un simple bâtiment.

L’effet escompté par ces projets vertueux est bien sûr de trouver de nouveaux moyens pour générer de l’électricité, mais aussi de réguler notre propre consommation en se basant sur ce que nous produisons.

Rendez-vous en mars pour la nomination des équipes gagnantes de ce Clean Energy Challenge, qui regroupe des innovations pour 5 villes mondiales : Delhi, Nairobi, Sao Paulo, Mexico et Amsterdam.