Des tiers-lieux en Folies pour rapprocher la culture des territoires

A l’occasion de la première réunion du Conseil National des Tiers-Lieux, organisée le 17 juin dernier à la Cité Fertile de Pantin, le gouvernement a annoncé un plan d’appui et d’accélération des tiers-lieux, « Nouveaux lieux, nouveaux liens ».

Avec le soutien d’Action Logement, de l’ANRU et du fonds d’investissement AMUNDI, des moyens importants sont débloqués pour favoriser l’installation et le développement de nouveaux tiers-lieux, dans des territoires où on les voit encore assez peu. Ainsi, au-delà des centres urbains déjà très équipés, ce sont bien les territoires plus éloignés jusqu’alors de ces nouveaux espaces et services qui sont visés pour cet appel à manifestation d’intérêt. L’objectif : identifier et développer 300 « fabriques de territoire », dont la moitié dans les quartiers prioritaires.

Parmi la diversité des tiers-lieux, le ministère de la Culture souhaite voir le développement de près de 1 000 "Micro-Folies" sur le territoire national d’ici à 2022. Ces établissement sont pensés comme de nouveaux lieux culturels, intégrant notamment un musée numérique. Dispositif culturel « hors les murs », celui-ci propose un catalogue de plus de 1 000 œuvres, disponibles sur écrans géants, tablettes ou en VR, à partir des collections des musées et établissements culturels partenaires. Ces Micro-Folies, véritables tiers-lieux culturels, s’articulent également autour d’un espace scénique, d’un fab-lab, d’une médiathèque et d’un espace de rencontre, pour que les visiteurs, de tout âge, puissent y être tant spectateurs que créateurs, et développer une approche culturelle complète.

Le programme des Micro-Folies, démarré en 2017, a déjà permis l’ouverture de plusieurs de ces nouveaux lieux culturels en France, par exemple à Sevran, Lille ou encore Metz. Des ouvertures qui se sont aussi exportées à l’international, à travers le réseau des Instituts français et des Alliances françaises, comme au Caire en Egypte, à Lima au Pérou, ou à Rangoun au Myanmar. Généralement associées à une structure culturelle existante, elles permettent l’accès aux œuvres de grands musées nationaux, comme le Louvre, le Centre Pompidou, mais aussi de la Philharmonie de Paris, de l’Institut du Monde Arabe ou de l’Opéra National de Paris, entre autres.

Implantées également en milieu rural et dans les quartiers politique de la Ville, les Micro-Folies ambitionnent d’être une réponse à une demande de démocratie culturelle face au sentiment de fracture territoriale.
A travers le développement des tiers-lieux et leur structuration au niveau national, la formalisation des solutions numériques au sein de nouveaux espaces – de vie, de travail, d’activités – pourrait offrir des leviers pour développer des services au plus près des habitants des territoires, en facilitant par exemple l’accès à la culture pour tous les publics.​
 

Vidéo de présentation de la Micro-Folie (Crédit : La Vilette)