Petit coin de l'innovation

Nous imaginons souvent le développement technologique, les nouveaux services liés à la mobilité ou encore les scénarios futuristes comme les grands thèmes de l’innovation… Elle a pourtant toute sa place dans les lieux du quotidien à commencer par les toilettes

Si le sujet souffre d’un certain tabou, il n’en reste pas moins important et vital. L’OMS estime que près de 60% de la population mondiale n’a pas accès à des toilettes saines, ce qui n’est pas sans conséquence sur la santé des quelques 4.5 milliards de personnes concernées. Bill Gates, qui ouvrait la « Reinvented Toiled Expo » à Beijing au début du mois de novembre, estime que les conséquences économiques sont aussi importantes : de l’ordre de 223 milliards de dollars par an, dépensés dans des soins qui auraient pu être évités, ou tout simplement par une perte de productivité.

La peine est donc double pour les habitants des pays les moins équipés en sanitaires sains, et le fondateur de Microsoft travaille depuis 7 ans à financer la recherche sur le sujet. Un marché qui pourrait représenter plusieurs milliards de dollars, et qui suscite aussi quelques critiques sur les innovations proposées, jugées trop chères et mal adaptées aux territoires concernés. Malgré tout, les efforts et investissements réalisés contribuent aujourd’hui à rendre le sujet des toilettes plus visible.

Face aux problèmes d’accès à des toilettes propres, notamment dans les pays en développement, le cabinet d’architectes Spark a imaginé des toilettes imprimées en 3D … qui pourraient même être livrées par drone !

Si le projet peut sembler un peu utopiste, il a en tout cas le mérite de proposer une solution à la situation difficile dans un certain nombre de pays. Au-delà d’un développement de l’accès aux toilettes, le projet Big Arse Toilet de Spark offre la possibilité de fabriquer de l’électricité à partir des déchets humains convertis en biogaz, ainsi qu’au travers des énergies éolienne et solaire.

Une idée qui fait d’ailleurs écho aux travaux menés en Afrique du Sud, où des chercheurs travaillent sur la transformation de l’urine en briques qui viendraient remplacer les habituelles briques en terre cuite ou en béton. A partir d’urine, de sable et de bactéries, les chercheurs de l’Université du Cap sont parvenus à produire des bio-briques à travers un processus naturel, plus économe que les fours que l’on utilise de façon classique. 

Plus proches de nous, ce sont aussi de nombreuses innovations qui voient le jour, avec le développement de nouveaux systèmes de toilettes « sèches », afin de réduire la consommation d’eau, et utilisant des systèmes naturels en remplacement, ou bien des lombrics voire des escargots, comme le zonites algirus dit « bouffe-merde ». Des évolutions qui ne sont pas que techniques, puisque de nouveaux acteurs souhaitent aujourd’hui repenser le design classique de nos WC, comme la start-up Trone qui développe une nouvelle esthétique pour des toilettes « réinventées », et fabriquées en France.

Qu’elles soient sèches ou imprimées en 3D, les toilettes de demain devront s’adapter aux usagers qui ne bénéficient pas de sanitaires dignes de ce nom, et se réinventer pour en faire un véritable outil de transformation. Un sujet d’actualité après la journée mondiale des toilettes qui a eu lieu le 19 novembre dernier.