La renaissance du train de nuit

Nourri par les mythes de l’Orient-Express ou encore du Transsibérien, le train de nuit constituait un mode de transport pratique et avantageux du XXe siècle, mais l’arrivée d’offres aériennes low-cost et de lignes de trains grande vitesse l’ont presque fait disparaître.

En France, l’Etat a arrêté de subventionner 6 des 8 lignes existantes en 2016, suite à une baisse de 25% de leur fréquentation entre 2011 et 2016. Deux lignes subsistent encore : celle de Paris – Briançon et Paris – Rodez/Latour de Carol, qui seront rénovées pour 30 millions d’euros grâce à l’action du collectif « Oui au train de nuit. »

Ce collectif d’usagers et d’associations environnementales milite pour une mobilité plus respectueuse de l’environnement à travers la valorisation de ces lignes nocturnes, beaucoup moins énergivores que le train grande vitesse et 50 fois moins polluantes que l’avion. En Suède, cette préférence pour le train a conduit au phénomène du "flygskam" (littéralement "honte de voler"). 

Si ces lignes ont connu un ralentissement (malgré leur prochaine rénovation) en France, d’autres pays ont fait du train de nuit une réelle institution. Le réseau du Caledonian Sleeper, par exemple, relie Londres aux villes d’Ecosse depuis 1996 et vient d’investir 173 millions d’euros dans de nouveaux wagons.

L’opérateur autrichien ÖBB, quant à lui, a repris plusieurs des lignes nocturnes délaissées par son homologue allemand la Deutsche Bahn en 2017.  Un pari gagnant puisque les passagers de ces lignes de nuits sont passés de 1,4 à 1,6 millions entre 2017 et 2018. En plus d’être rentable sur son activité, l’opérateur a annoncé que 13 nouvelles rames verront le jour en 2022.
 

Une belle preuve que le train de nuit est toujours un moyen pertinent de déplacement. Son principal atout reste son accessibilité : un trajet Vienne – Berlin ne coûte que 29€ pour un siège inclinable ou 49€ pour une couchette. Un trajet abordable qui présente le double avantage d’éviter les frais d’une chambre d’hôtel, du moins pour une nuit.

Plus économique et écologique, le train nocturne a encore de belles nuits devant lui. La création d’une ligne reliant la Suède aux grandes destinations européennes devrait conforter ce mode de transport dans sa dynamique de revalorisation, pour le plus grand plaisir des voyageurs de nuit.