La livraison prend de la hauteur

En début d’année, le CES 2020 laissait derrière lui son lot d’interventions enrichissantes sur des sujets d’intelligence artificielle, de mobilité électrique et de ville de demain. Lors de ce rendez-vous annuel de l’innovation, le drone, un incontournable de la technologie 2.0 n’a pas manqué de faire parler de lui. Et pour cause, ce système intelligent est déjà testé par exemple pour effectuer des livraisons express, par les acteurs et start-ups du domaine de la logistique.  
Aujourd’hui souvent utilisé comme outil de capture d’images et de vidéos ou à des fins militaires, le drone pourrait s’avérer être une solution alternative à la moto et au vélo pour effectuer des livraisons en des temps records. On revient sur cette nouvelle tendance de livraison nouvelle génération.  
 
Comme nous l’évoquions déjà dans notre précédent article sur la livraison par drone, des entreprises telles qu’Amazon explore déjà ce sujet. En 2018, le géant du e-commerce obtenait un brevet pour tester ses drones sur des camions, pour un usage uniquement commercial. Le numéro 1 de la livraison ne s’est pas arrêté là, puisqu’en juin 2019, il annonce son service de livraison nommé Prime Air et d’autres améliorations à venir sur son service de livraison.

 Quelques temps plus tard, les acteurs de la livraison à domicile s’emparent du sujet, à l’image de la société Manna. Cette start-up irlandaise développe son système à Dublin, avec le « MNA 1090 », un drone similaire à celui de Google Wing, capable de transporter l’équivalent de 2 kilos de repas et parcourir 2 kilomètres de distance en moins de 3 minutes, même en temps pluvieux.
 

Selon Bobby Healy, PDG de la start-up, « dans 5 ans, la livraison par drone sera la chose la plus normale que l’on puisse imaginer ». Une évolution qui semble se confirmer au regard des nombreux partenariats que les entreprises concluent avec les fabricants de drone. C’est par exemple le cas du groupe Unilever qui s’associe à Terra Drone Europe, un des principaux fournisseurs d’acquisition de données géographiques et d’imagerie aérienne, pour tester la livraison de glace Ben & Jerry’s à New York par ce système intelligent. Un acteur du marché de la livraison et pas des moindres, Uber Eats, prévoit de se lancer dans la livraison de repas à domicile par drone, dans la ville de San Diego d’ici l’été 2020.

Bien que la circulation de drones reste interdite dans les zones urbaines françaises, l’hexagone n’est évidemment pas en reste dans l’expérimentation de ce nouveau type de livraison. En effet, le Groupe La Poste développait déjà, en 2016, une première ligne régulière de livraison par drone dans le Var.
L’entreprise est aujourd’hui autorisée à livrer des colis par drone… en montagne !  Le second réseau de livraison en France, DPD, aussi filiale de la Poste, entend lancer une seconde ligne commerciale en Isère, qui devrait cette fois-ci permettre les livraisons en moyenne montagne. Cette nouvelle technologie réduit le trajet du colis à 3km (contre 20 km pour la même distance) pour un aller-retour estimé à 8 minutes, entre le Fontanil-Cornillon et le village de Mont-Saint-Martin.

La technologie du drone n’est pas nouvelle. Cela dit, cet engin semble être convoité pour de nouvelles perspectives de mobilité, notamment pour la livraison à domicile. Une utilisation innovante qui faciliterait le quotidien des usagers. Toutefois, pour les porteurs d’un projet de telle envergure, reste à répondre à l’enjeu des règlementations et autorisations avant de croiser une multitude d’engins volants dans le ciel.