La tendance du vélo-cargo

Si le vélo a le vent en poupe, c’est pour sa praticité, son coût et son moindre impact environnemental au quotidien. Il est aussi l’occasion d’une nouvelle expérience de la ville, à un autre rythme, tout en favorisant l’activité physique, à condition que les aménagements favorisent sa pratique en toute sécurité. Prisé par les français, le vélo est devenu un sujet récurrent dans les débats politiques, et les citoyens réclament un meilleur partage de l’espace public pour mieux l’intégrer à celui-ci, et en tirer tous les bénéfices.

De nouveaux modèles se démocratisent pour les usagers à mesure que les mobilités douces, boostées récemment par les véhicules en free-floating, deviennent plus visibles et laissent entrevoir de nouveaux usages. C’est le cas par exemple du vélo-cargo, modèle de vélo à deux (ou trois) roues pouvant transporter jusqu’à 100 kg.
Conçu pour transporter des charges plus importantes qu’un vélo traditionnel, la création de ce vélo XXL ne date pas d’hier, puisqu’il est utilisé par les livreurs dès le XXe siècle pour la livraison de journaux, de pain et de lait.  

Plus qu’un simple outil de transport de marchandises, le vélo-cargo fait partie du quotidien de nos voisins hollandais depuis plus de 10 ans. Il est aujourd’hui pris d’assaut par les jeunes parents français, puisqu’il est idéal lors d’un trajet maison-école, mais aussi par de nombreux citadins qui souhaitent transporter leurs courses ou leurs animaux lors de courts ou moyens trajets.

 

Face à cette demande croissante, l’offre se multiplie dans les villes et de nouveaux constructeurs émergent, à l’image de Bakfiets, Babboe, Douze Cycles ou encore la start-up lyonnaise Add-Bike qui propose un système pendulaire permettant de transformer un vélo classique en un vélo-cargo, une fonctionnalité idéale pour allier l’aspect pratique du vélo et le caractère supplémentaire du modèle cargo.

L’essor du vélo-cargo est également dû aux conditions souvent difficiles de la circulation en ville. Les embouteillages dans les grandes agglomérations contraignent les habitants et les livreurs à opter pour des engins plus pratiques et respectueux de l’environnement. Le vélo-cargo répond également aux enjeux écologiques, puisqu’il est moins polluant que les engins de déplacements conventionnels.

Les biporteurs et triporteurs (autres appellations données au vélo-cargo selon le nombre de roues) permettent à leurs usagers de se passer de carburant et, dans les grandes villes, ceux-ci interviennent comme une alternative économique en comparaison à la voiture traditionnelle (jusqu’à 250 euros d’économie par mois).

L’assistance électrique, présente de façon croissante pour des deux-roues, est aussi un facteur du regain d’intérêt du vélo-cargo... À terme, l’ensemble de ces éléments devraient favoriser l’adoption grandissante du vélo-cargo, qui pourraient concurrencer le traditionnel véhicule quotidien et familial, plus adapté à un usage urbain.

Crédit illustration de couverture : Unsplash : AddBike / Sven Brandsma