La ville au fil de l'eau

Sur nos routes ou dans les airs, les possibilités offertes par le véhicule autonome se multiplient. Mais c’est aussi le cas sur les rivières ! A Amsterdam, un projet de bateau autonome est en test pour développer de nouveaux services au fil des canaux.
 

RoBoat, le bateau autonome multi-usages

A pied, en vélo, en voiture ou en transports en commun... Quand on évoque les mobilités urbaines, on oublie souvent une des possibilités qu’offrent de nombreuses villes : le transport fluvial. Il faut dire qu’avec l’essor des véhicules électriques, autonomes et des services en free-floating, on en oublie un peu le potentiel de nos rivières et de nos fleuves. Et pourtant, ils sont tout autant prometteurs sur ces évolutions techniques : à Amsterdam, le MIT et le Amsterdam Institute for Advanced Metropolitan Solutions (AMS Institute) travaillent sur un projet de bateau autonome.
Roboat – c’est le nom du projet – est en phase de développement depuis 2 ans, mais les premiers prototypes ont été testés à Amsterdam au mois d’octobre. De quoi évaluer les services que pourraient rendre ces bateaux intelligents : transport, mais aussi collecte des déchets, voire des structures temporaires comme des ponts flottants !
 ​

 

La mobilité au fil de l’eau

En effet, si on évoque souvent le cas des « taxi robots », qu’ils soient automobiles ou volants, les cours d’eau présentent des alternatives à explorer dont se saisissent de plus en plus les villes. A Lyon, le développement d’une navette fluviale, le Vaporetto, en est ainsi une première étape.
 

Et à Paris, après un test au cours de l’année, les Sea Bubbles devraient arriver sur la Seine au printemps prochain. Des navettes pour 4 ou 5 personnes, se déplaçant jusqu’à 46km/h pour le prix d’une course en taxi… De quoi concurrencer leurs homologues terrestres ! Avec, à terme, une conduite autonome de ces bulles.

Si ces projets restent encore émergents, on assiste malgré tout à un regain d’intérêt concret autour des fleuves et des rivières qui traversent les villes. Celles-ci pourraient ainsi se réinventer, pour partie, dans leur relation avec les cours d’eau qui ont tant impacté leur développement, et y trouver une nouvelle source de bien-être pour les habitants.
 
Crédits image illustration : MIT Senseable City Lab/AMS Institute