Et si les villes avaient droit à leur propre bande originale ?

Musique et villes ont toujours entretenu des relations fortes, que ce soit par les artistes qui y ont vécu en laissant leur marque indélébile sur le patrimoine culturel de la ville, ou les styles musicaux qui y sont nés. D’Abbey Road, au hip-hop né dans les rues de New-York dans les années 70, les influences ont toujours été réciproques entre la musique et les territoires. Mais pourquoi ne pas imaginer une ville avec sa propre bande originale ?

C’est ce que promet Musicity, un outil qui permet aux artistes de composer de la musique dédiée aux lieux urbains. Cette plateforme utilise des balises de géolocalisation insérées dans les fichiers audio pour relier la musique à un monument, un bâtiment ou autre lieu particulier. Des œuvres musicales composées par des grands noms comme Ryuichi Sakamoto mais aussi de plus jeunes artistes comme Hannah Peel ou encore Moses Boyd, qui mêlent la diversité des genres aux ambiances et à l’histoire que ces lieux véhiculent.

A Londres, par exemple, en passant par Ewer street, le morceau composé par Thomas Stone et le basson qui l'accompagne nous rappelle l’histoire médiévale des rues londoniennes. Le simple fait de s’arrêter deux minutes, le temps d’une écoute, permet de prêter attention aux détails, à des recoins oubliés de la ville qui passent habituellement inaperçus.

Dernier projet en date, Musicity a passé un partenariat avec Better Bankside, Team London Bridge et Blue Bermondsey, des entreprises qui comptent rendre plus attractifs les quartiers londoniens. Ce sont donc 15 morceaux originaux qui accompagneront les passants le long de la Low Line, un nouveau quartier qui longe une ancienne voie ferrée des temps victoriens. Les usagers peuvent suivre la carte de Musicity depuis leur smartphone et écouter les chansons attitrées aux différentes zones du quartier.

Créé par Nick Luscombe, un animateur radio sur BBC 3, Musicity est aujourd’hui présent jusqu’en Asie grâce à des villes comme Shanghai, Pékin, Shenzhen ou encore Séoul. Cette nouvelle manière musicale de découvrir des lieux peut devenir une véritable source d’inspiration urbaine pour les passants, en faisant des quartiers des œuvres audio-visuelles et artistiques à part entière, et en mêlant le travail d’urbaniste à celui de musicien.